? J’ai perdu l’amour de ma vie ? : la douleur de Florence et Léa, les compagnes des soldats tués

                                    ? J’ai perdu l’amour de ma vie ? : la douleur de Florence et Léa, les compagnes des soldats tués
                                    Florence, la compagne de Cédric de Pierrepont, k'un des militaires tués en libérant des otages au Burkina Faso. ? capture d'écran France 3

                                    Leurs compagnons ont été tués au Burkina Faso lors d’une opération pour libérer deux otages fran?ais. Léa, l’amie d’Alain Bertoncello, raconte sa stupeur. Et sa douleur. Florence, elle, partageait sa vie avec Cédric de Pierrepont. Elle rend hommage à ? l’amour de[sa vie]. Des témoignages bouleversants.

                                    Quand Alain Bertoncello allait rentrer de mission, ils allaient s’installer tous les deux dans la ville de Toulon. La réalité sera malheureusement tout autre. Léa, 26 ans, est aussi militaire. ??La mort d’Alain, c’est un grand choc. On est préparé à l’absence. (…) Je pars aussi en mission régulièrement, on conna?t ce vide. Mais une mort aussi soudaine, on ne s’y attend pas. (…) Je n’arrive pas à croire que je ne le reverrai plus??, confie en larmes la jeune femme au ??Parisien?? ce lundi. Elle était au travail quand elle a appris que son compagnon avait été tué. Alain Bertoncello, ainsi qu’un autre militaire, Cédric de Pierrepont, tous deux membres du commando Hubert de la Marine nationale, ont perdu la vie dans la nuit du jeudi 9 mai sous les balles des preneurs d’ otages terroristes. Et ont permis la libération de quatre personnes dont deux ressortissants fran?ais qui avaient été enlevés le 1er mai dernier au Bénin.

                                    ??C’était mon homme, un homme parfait.??

                                    La compagne de Cédric de Pierrepont a elle aussi partagé son immense tristesse. ??C'était l'homme parfait. Il était très généreux, très affectueux, très famille. Il aimait la vie, il aimait profiter de tout??, a-t-elle confié à France 3. ??C'était mon homme, un homme parfait??, a poursuivi la jeune femme de 33 ans, bouleversée.

                                    ??J'ai perdu l'amour de ma vie, je l'attendais depuis?toujours??, a-t-elle ajouté devant les caméras de ??BFM??, ne pouvant retenir ses sanglots.? Le couple venait d’acheter une maison et essayait de faire un bébé. ??Ca me tue qu’il n’ait pas eu le temps d’être papa??, ajoute Florence. ?

                                    Léa avait pu parler à Alain Bertoncello la veille de l’opération. ??J’ai senti à sa voix qu’il allait partir sur le terrain. (…) On s’est échangés des mots d’amour. (…) Je ne le reverrai plus. C’est mon héros. Comme l’a dit mon petit frère de 12 ans, c’est notre Avenger??, livre-t-elle au ??Parisien??. Mardi, elle assistera à l’hommage national rendu aux deux soldats aux Invalides. ??Ce sera dur mais je le ferai pour lui. ??

                                    时时彩十分钟一次